IE Warning
YOUR BROWSER IS OUT OF DATE!

This website uses the latest web technologies so it requires an up-to-date, fast browser!
Please try Firefox or Chrome!
 
 
 

Historique

Ce monument historique date de 1783.

 

Le premier moulin de la Seigneurie de Gentilly fut construit en bois vers 1740. Il brûla en 1773 et l’actuel bâtiment en pierres fut érigé vers 1783.

 

L'utilisation « commerciale » du Moulin Michel cessa en 1972; toutefois, il est toujours fonctionnel et ses meules de pierres continuent de moudre le grain de sarrasin donnant ce qu’on appelait autrefois « farine du peuple ».    

 

Une visite vous permettra d’apprécier la splendeur de l’architecture française de même que les techniques de construction utilisées à l’époque de nos ancêtres.

moulinmichel

Le régime seigneurial

Le Moulin Michel est construit à l’extrémité Est des terres de l’ancienne Seigneurie de Gentilly.

 

Le Seigneur de cette époque gérait et administrait tout ce qui se passait sur ses terres. Les paysans (censitaires) occupant un lot lui devaient un droit de banalité pour profiter des services offerts sur la seigneurie. Par exemple, pour bénéficier du moulin à farine, le droit de banalité était prélevé à même les sacs de grains que les paysans venaient faire moudre.

 

Le régime seigneurial se termina en 1854, sonnant le glas des droits de banalité et ne laissant subsister que la redevance des rentes seigneuriales.

Le devoir du seigneur envers les censitaires

Le Seigneur avait des devoirs envers ses censitaires. Comme il dépendait des récoltes et de l’élevage faits sur ses terres, il devait s’assurer que les paysans aient accès aux ressources nécessaires.

 

Il devait normalement faire construire un moulin à farine, un moulin à scie, des fours à pain et fournir le personnel requis dont un meunier.

 

Le Seigneur était en droit de demander une redevance aux censitaires vivant sur ses terres pour les services offerts puisque le moulin lui appartenait. La redevance se traduisait par une rente annuelle à verser au Seigneur.

 

Le Moulin Michel a conservé cette appellation de moulin banal pour faire référence aux droits de banalité exigés sous le régime seigneurial par le Seigneur.

Les seigneurs du moulin

Au total, onze générations de meuniers se sont succédé au Moulin Michel, parfois de père en fils.
Le premier meunier (et par le fait même le bâtisseur du premier moulin) fut François Rivard dit Lavigne I.

Il revient à Joseph-Gaspard Chaussegros de Léry de reconstruire le moulin actuel en pierres vers 1783.  Mais la famille Grindler fut l’une des plus importantes comme propriétaire de ce moulin; elle nous donna d’ailleurs les premiers propriétaires du moulin suite à l’abolition du régime seigneurial de 1854.  Les Grindler y ont travaillé et occupé les lieux pendant 71 ans. Parmi les autres familles importantes, mentionnons les Lebœuf et finalement, monsieur Alfred Michel, le dernier propriétaire du moulin de 1937 à 1985.

 

 

Ancien propriétaire: Monsieur Alfred Michel

Monsieur Alfred Michel fut le dernier meunier à opérer la meunerie à titre commercial et le dernier propriétaire privé du site. Il acheta le site et les bâtiments de la famille Leboeuf en 1937 et moulu le grain jusqu’en 1972. Outre cette principale occupation, Alfred Michel avait de nombreuses occupations connexes pour subvenir à ses besoins : fabrication et vente de glace pour les glacières, culture du tabac et miel extrait de ses ruches. Fait intéressant, Alfred Michel vivait dans le moulin soit dans la partie ouest du deuxième étage.

 

Alfred Michel étant le dernier à exercer le métier de meunier dans ce moulin, la Ville de Bécancour a décidé de nommer le moulin en son honneur. Au cours de la visite guidée, vous pourrez observer de nombreux objets lui ayant appartenu et plusieurs photos. Alfred Michel fut d’une aide précieuse lors de la restauration des lieux : grâce à lui, la machinerie et les outils ont pu être réparés en respectant les méthodes anciennes.

AM-meunerie